Inventaire du Patrimoine de wallonie

Inventaire du Patrimoine de wallonie

Tout le patrimoine culturel immobilier de nos villes et villages est méticuleusement repris dans des Inventaires.

L’Inventaire du patrimoine immobilier culturel (IPIC) constitue l’une des branches de l’Inventaire régional, tel que définit par l’article 11 du Code du Patrimoine (CoPat).

Il a pour objectifs la connaissance, la protection et la gestion des biens inscrits, ainsi que la sensibilisation du public. L'inscription d'un bien à l'IPIC lui reconnaît une qualité patrimoniale.

Aujourd’hui, cet inventaire est accessible sur internet : http://lampspw.wallonie.be/dgo4/site_ipic/

 

L’Inventaire régional

L'Inventaire est l'outil de recensement du patrimoine culturel immobilier de Wallonie.

Initié en Belgique en 1966, sous l'égide du Ministère de la culture et sur l'impulsion du Conseil de l'Europe, l'Inventaire a depuis évolué, en parallèle avec l'élargissement de la notion de patrimoine.

L'actuel Inventaire du patrimoine culturel immobilier met à jour et complète le premier Inventaire du patrimoine, publié entre 1973 et 1997 sous le titre « Le Patrimoine monumental de la Belgique – Wallonie » (dit aussi « Inventaire du patrimoine monumental » - IPM), qui recense plus de 30.000 biens.

Une actualisation de cet Inventaire initial est mise sur pied en 1998, publiée de 2004 à 2011 dans la collection « Inventaire du patrimoine architectural et territoires de Wallonie » (dit aussi « Inventaire du Patrimoine Architectural » - IPA).

En actualisation permanente, l'Inventaire est désormais uniquement publié via le web, sur ce site Internet. Celui-ci constitue le principal support de recherches pour les acteurs de l'urbanisme (à l'échelle communale et régionale), les architectes et les particuliers.

 

Pourquoi inventorier ?

L'Inventaire est un outil de connaissance et de sensibilisation au patrimoine qui nous entoure.

Ses objectifs sont de conscientiser tous les publics à la qualité de l’environnement bâti par une diffusion de l'information et de renforcer la reconnaissance des biens inscrits à l’Inventaire dans la gestion de l'urbanisme ou de l'aménagement du territoire.

L'Inventaire est un état des lieux patrimonial à un moment donné, actualisable régulièrement.

 

Comment procédons-nous ?

L'Inventaire est le fruit d'un travail de terrain réalisé par des historiens de l'Art. Les biens sont repris selon un repérage systématique, commune par commune, et une analyse in situ fondée sur une série de critères et intérêts.

Effectuée depuis l'espace public, la sélection des biens inscrits à l'Inventaire s'appuie avant tout sur leur valeur patrimoniale, à l'échelle locale.

Cette sélection se base sur divers critères (authenticité, intégrité, rareté, typologie) et intérêts (archéologique, architectural, artistique, historique, mémoriel, paysager, social, technique, urbanistique), utilisés seuls ou combinés, qui servent de balises à l’inscription, et garantissent l'objectivité des choix.

Une pastille est appliquée à tout bien répondant au(x) critère(s) d’authenticité et/ou d’intégrité et/ou de rareté et dont la pérennité est souhaitée en raison de sa représentativité, et ce sans distinction de typologie ou d’époque.

Les aides financières

L'inscription à l'Inventaire peut ouvrir le droit à l’obtention d’une subvention intitulée « Actes et travaux d’embellissement extérieur » (article 43, alinéa 2 2° du CoPat).  Pour pouvoir prétendre à cette subvention, le bien doit être pastillé (•). La subvention, conditionnée, est plafonnée à 30% des factures, avec un maximum de 5.000 € TVAC.

Formulaire de demande : https://agencewallonnedupatrimoine.be/wp-content/uploads/2019/06/formulaire-demande-subvention-actes-et-travaux-embellissement-exterieur.pdf

La réglementation spécifique

Un bien inscrit à l'Inventaire est soumis, comme n'importe quel bâtiment, aux réglementations régionales et communales en matière de permis d'urbanisme.

Un bien inscrit à l'Inventaire et pastillé (•) est soumis à avis simple de l’AWaP + avis de la Commission Royale des Monuments, Sites et Fouilles (article 31, 2° du CoPat). Ce même bien ne peut bénéficier des dispenses de permis prévues par le CoDT (AGW, Titre 2., art. 2).  

 

Lire plus

Les Inventaires thématiques du patrimoine immobilier

Certains biens très particuliers font l’objet d’informations et d’analyses spécifiques. Les Inventaires thématiques constituent ainsi des compléments essentiels à l’Inventaire du patrimoine culturel immobilier.

Quels types de biens particuliers ?

Les Inventaires thématiques  concernent des monuments (et assimilés) ou de sites très particuliers.

On retrouve par exemple :

  • Les sites et bâtiments industriels de Wallonie (1750 – 1940)
  • Les parcs et jardins historiques
  • Les donjons médiévaux de Wallonie
  • Les églises paroissiales de Wallonie (1830 – 1940)
  • Les orgues de Wallonie

Une mine d’infos

Ces recherches sont de précieux supports et des références au service des scientifiques, des restaurateurs, des aménageurs…

Lire plus

L’Inventaire de sites archéologiques

L’Inventaire des sites archéologiques repose sur l’analyse critique des sources écrites et cartographiques, ainsi que sur le traitement de l’information fournie par les fouilles archéologiques et les prospections (pédestres, aériennes, géophysiques…).

Qu’apporte cet Inventaire des sites archéologiques ?

La base de données et la cartographie qui l’accompagne peuvent aider à appréhender une région en classant les sites archéologiques selon la chronologie, les types de vestiges, leur état de conservation ou les méthodes d’interventions.

Comment procédons-nous ?

La priorité de l’étude est donnée à la localisation précise des sites. Leur description et celle de leurs composantes précèdent un classement par période chronologique, de la Préhistoire à l’Époque contemporaine.

La datation des sites est corroborée par la détermination du matériel archéologique le plus représentatif, confronté aux renseignements livrés par les sciences naturelles. Par ailleurs, les informations relatives aux circonstances des découvertes, aux méthodes de recherches et à l’état de conservation des sites sont examinées.

A qui s’adresse-t-il ?

Ainsi conçu, l’Inventaire des sites archéologiques s’adresse aux chercheurs désireux d’étudier des thématiques ciblées.

Lire plus

La liste de sauvegarde :  pour protéger un bien non classé en urgence

Parfois, un bien d’intérêt patrimonial, mais non classé, peut avoir besoin d’une protection urgente. Dans ce cas, une procédure d’inscription sur la liste de sauvegarde peut être mise en place. C’est une mesure transitoire (un an), mais elle permet  de protéger le bien menacé pendant cette durée car presque tous les effets du classement sont applicables durant cette période.

Très souvent, cette inscription se poursuit par une procédure en vue du classement.

Consulter la Base de données de la liste de sauvegarde

Plus d’infos sur la procédure d’inscription sur la liste de sauvegarde 

Biens classés : une liste constamment mise à jour

Le classement permet de reconnaître officiellement la valeur patrimoniale d’un bien. La liste des biens classés fait régulièrement l’objet d’une révision, validée par une décision du Gouvernement wallon.

Qu’implique la révision ?

Ainsi, les biens dont le devenir est assuré peuvent en être retirés. Les biens estimés impossibles à sauver peuvent aussi être retirés, voire faire l’objet d’une procédure de déclassement dans certains cas.  D’autres nouveaux biens repérés comme étant en danger peuvent être ajoutés.

L’AWaP s’occupe aussi de valorisation de biens classés.

 L’AWaP assume également la mission spécifique de valorisation de biens classés ou ayant un intérêt patrimonial appartenant à la Wallonie. Dans la majorité des cas, il s’agit de biens orientés vers le tourisme culturel (par exemple les abbayes de Stavelot et de Villers-la-Ville, l’Archéoforum de Liège...).

Ceci peut prendre la forme de la maîtrise d’ouvrage de chantiers sur ces différentes propriétés régionales. En fonction de la nature de chaque bien, cette action peut être ponctuelle ou s’inscrire dans la durée. Cette activité ne cesse de se développer, ce qui constitue une part importante du budget de l’AWaP.

La liste des propriétés de la Wallonie sur laquelle l’AWaP intervient est revue périodiquement par le Gouvernement wallon.

Vous devez rédiger un cahier des charges ? Nos fiches pratiques sont là pour vous aider !

Suite à nos rencontres avec les propriétaires de monuments classés en cours de restauration et avec les auteurs de projets, nous avons réalisé des fiches d’aides à la rédaction des cahiers des charges (FARCC).

Pour qui ?

Ces FARCC sont destinées aux  propriétaires de biens classés ou patrimoniaux, à tout utilisateur travaillant dans le domaine de la restauration du patrimoine wallon ou à toute personne intéressée par celui-ci.

Pourquoi nous avons créé ces FARCC ?

Ces fiches sont nées du constat que trop souvent, les clauses techniques ne sont pas suffisamment adaptées aux caractéristiques du substrat ancien. Cela peut souvent donner lieu à des interprétations pas toujours compatibles avec les objectifs de conservation-restauration du patrimoine classé.

Qu’y trouve-t-on ?

Les FARCC abordent soit le processus de mise en œuvre soit la qualité intrinsèque des matériaux à mettre en œuvre pour assurer la pérennité de la restauration.

Un outil pratique avant tout

Notre objectif est de vous fournir un outil de chantier pratique, qui va à l’essentiel, et qui tend à prendre en compte le dernier état des connaissances sur le sujet concerné.

  • Format A4 recto/verso maximum
  • Des descriptions de qualité des processus de mise en œuvre
  • Des fiches relues par des des professionnels du milieu de la restauration (auteurs de projet, ingénieurs, artisans), et parfois des organismes certificateurs, des laboratoires indépendants, des comités d’experts, certaines facultés universitaires
  • Des fiches évolutives pour correspondre au plus près à l’évolution des matériaux et des techniques d’investigation

Questions ou suggestions ?

Cellule d’appui et de contrôle technique (ACT) :  Jean-Christophe Scaillet Tél. : +32 (0)81 332149 | pendant les heures de bureau : +32 (0)475 752910

Les FARCC en pratique…

Chaque fiche comporte six rubriques

1. Les mots clés

Grâce aux mots-clés, vous pourrez identifier aisément les thèmes qui sont abordés dans la FARCC. A terme, ceux-ci faciliteront vos recherches via une application internet.
 

2. FARCC associées

Cette partie recense toutes les FARCC qui touchent de près ou de loin à un sujet en particulier. Ainsi, sur base de l’association de toutes ces fiches, vous pourrez avoir une connaissance globale de celui-ci.
 

3. Bref historique

L’objectif des FARCC n’étant pas de faire l’historique d’une technique de mise en œuvre ou d’un matériau, cette rubrique est succincte. Nous l’abordons uniquement quand un élément important dans l’évolution du sujet abordé permet d’orienter plus précisément le choix de l’intervention et/ou du matériau.

 
4. Documentation technique associée

Cette rubrique vous fournit une bibliographie technique essentielle pour approfondir vos connaissances et apporter des précisions complémentaires au cahier des charges technique. Les documents référencés peuvent être des normes, des dossiers techniques édités par des organismes officiels, des rapports de laboratoire faisant autorité en la matière…  Vous y retrouvez majoritairement des NIT, DTU, NBN, NF, EN, AISI, ASTM…

 
5. Bref aperçu de l’état des connaissances actuelles

Cette fiche fait une synthèse des éléments connus et apporte, quand c’est possible, des éléments neufs en fonction de l’expérience acquise lors de chantiers « patrimoine » ou de résultats d’études menées dans le cadre d’une réflexion liée aux monuments historiques en général. Son objectif est essentiellement d’apporter un regard « Patrimoine » sur des documents techniques pointus qui oublient parfois l’intérêt de certaines techniques anciennes.
 

6. Aide à la prescription

Moyennant, dans certains cas, une adaptation à la réalité du terrain, cette rubrique est consacrée aux prescriptions proprement dites qui doivent apparaître dans le cahier des charges. En théorie, le respect de ces prescriptions (mais également le contrôle in situ) devrait permettre d’atteindre le niveau de qualité souhaité.

Contacts utiles

Services de l’archéologie de la DGO4

SPW / DGO4 / Département du patrimoine
Direction de la protection du patrimoine
Service d’Archéologie

Rue des Brigades d’Irlande, 1
B-5100 Jambes
Tél. : +32 (0)81 33 21 89