Les ascenseurs anciens, un patrimoine à préserver.

En date du 31 décembre 2022, l’ensemble des ascenseurs en service en Belgique devront être sécurisés afin de satisfaire à l’arrêté royal du 9 mars 2003 relatif à leur mise aux normes. Cette mise en conformité implique entre autre de faire procéder à une analyse de risque par un service externe pour le contrôle technique (SECT) selon une liste de point fixée dans l’arrêté. Il s’agit ici essentiellement d’une analyse standard qui ne tient pas compte des caractéristiques patrimoniales des ascenseurs. Cette législation fédérale pourrait donc être préjudiciable aux ascenseurs dits « à valeur historique » mis en service avant 1958, particulièrement en Wallonie où seuls quatre ascenseurs sont protégés par classement dont trois à Charleroi : celui desservant les étages du bâtiment Gramme de l’Université du Travail Paul Pastur et ceux conçus par Marcel Leborgne, pour l’immeuble dit « Piano de Heug » et celui de la « Résidence Albert » (illustration : ascenseur classé de la « Résidence Albert » à Charleroi © Florence Branquart, gestionnaire en sauvegarde du patrimoine de la DZE). À Mons, la maison Losseau renferme un bel ascenseur orné de vitraux et de boiseries mais ne fonctionne malheureusement plus.
Ces éléments typiques de l’architecture du 20ème siècle, construits dans les premiers temps sur mesure et se déclinant dans de nombreux styles illustrent le savoir-faire d’artisans au profil hétéroclites. Ces cabines ouvragées peuvent être décorées de banquettes en bois noble, de boutons d’appel en cuivre, de grilles en ferronnerie, de luminaires ou autres détails en verre taillé…De plus, d’un point de vue technique, certains constructeurs belges avaient une renommée sur le marché international (les ateliers Jaspar à Liège ou Daelemans à Anvers).
Néanmoins, une alternative existe pour les ascenseurs anciens s’ils obtiennent la reconnaissance d’une valeur « historique » ou patrimoniale. Dans ce cas, la modernisation peut être conçue sur mesure par le SECT (méthode Kinney et non standardisée).

Lorsque le propriétaire d’un tel ascenseur souhaite réaliser les travaux de mise aux normes, la sous-commission « Ascenseurs à valeur historique » de la Commission de la Sécurité des consommateurs se réunit et recherche les solutions les plus adaptées et respectueuses en concertation avec les différentes parties impliquées (le propriétaire, le service régional en charge du patrimoine, le SECT, l’expert technique).

La procédure de reconnaissance de la valeur « historique » est propre à chaque région et pour la Wallonie, l’AWaP peut être sollicitée par le propriétaire ou le syndic en complétant le formulaire de demande de reconnaissance des ascenseurs à télécharger https://agencewallonnedupatrimoine.be/wp-content/uploads/2019/03/formulaire-demande-reconnaissance-ascenseur.pdf
Cet article vise à informer les propriétaires pour qu’ils envisagent la modernisation de leur ascenseur sereinement tout en limitant la disparition de ces témoins d’une tradition industrielle et artisanale wallonne dont la réputation a largement traversé nos frontières.

Retour à la liste des news